• Un autre 18 Juin : Waterloo

     

    Alors  qu’en  ce  18  Juin,  tout  le  monde  vous  parle  de  l’appel  du  Général  de  Gaulle  en  1940  à  la  BBC,  je  voudrais  évoquer  un  autre  anniversaire,  celui  d’un  évènement  qui  va,  lui  aussi,  changer  le  cours  de  l’Histoire  de  France  et  le  sort  de  l’Europe :  la  dernière  grande  bataille  de  Napoléon,  en  1815,  Waterloo.

    Moins  d’un  an  après  son  départ  pour  l’île  d’Elbe,    il  rongeait  son  frein,  Napoléon  Bonaparte  réintègre,  le  20  Mars  1815,  son  palais  des  Tuileries,  à  l’issue  d’une  reconquête  spectaculaire  qu’on  appellera  «  les  100  jours ».

    Mis  au  ban  de  l’Europe  par  le  congrès  de  Vienne,  le  voici  de  retour  à  la  grande  surprise  des  pays  coalisés,  notamment  anglais  et  prussiens.  Son  aura  ayant  été  ternie,  un  coup  d’éclat  aux  frontières  menacées  de  la  France  le  crédibiliserait  définitivement.

    L’Empereur  réunit,  en  toute  hâte,  128.000  vétérans,  soit  à  peu  près  la  moitié  de  toute  l’armée  française,  afin  de  s’attaquer  rapidement  aux  forces  de  Wellington  et  de  Blücher  dispersées  au  Sud  de  Bruxelles,  avant  que  ceux-ci  ne  soient  rejoints  par  les  Autrichiens  et  les  Russes.  

    Les  Prussiens,  battus  le  16  Juin  à  Ligny,  entre  Charleroi  et  Namur,  se  retirent  en  bon  ordre.  Napoléon  ordonne  à  Grouchy  de  les  poursuivre  et  d’empêcher  leur  jonction  avec  les  Anglais.  Ces  derniers,  bousculés  par  Ney  au  carrefour  des  « Quatre  Bras »,  s’installent  sur  le  plateau  du  Mont-Saint-Jean,  position  favorable,  repérée  par  Wellington,  au  Sud  de  Waterloo.  Le  vieux  renard  de  Blücher,  73  ans,  est  introuvable.

    Le  17  et  dans  la  nuit,  de  violents  orages  s’abattent  sur  la  région,  rendant  le  terrain  gras  et  boueux,  frein  aux  mouvements  d’artillerie  et  aux  charges  de  cavalerie. Le  18  Juin  au  matin,  Napoléon  décide  de  repousser  le  début  de  l’attaque  après  la  pluie,  laissant  les  coalisés  organiser  leurs  positions.  S’appuyant  sur  trois  grosses  fermes  fortifiées,  Wellington  occupe  tout  le  plateau  qui  domine  les  Français.

    C’est  sur  celle  de  l’Ouest,  bien  fortifiée,  que  la  première  attaque  est  lancée  par  le  Prince  Jérôme,  frère  de  Napoléon.  Il  s’y  épuise  longtemps  avant  de  la  conquérir  sans  utiliser  les  canons,  alors  qu’il  ne  fallait  faire  qu’une  diversion  pour  cacher  l’assaut  au  centre  sur  la  Haie  sainte.  La  tactique  préférée  de  Napoléon  est  de  couper  la  ligne  de  front  en  deux  puis  de  se  rabattre  sur  les  deux  ailes  et  les  battre  séparément.

    On  avance  les  batteries  d’artillerie  pour  pilonner  le  centre  anglais  mais  un  nuage  au  Nord-Est  laisse  déjà  entrevoir  l’arrivée  des  avant-gardes  prussiennes  que  Grouchy  avait  été  chargé  de  retenir  et  de  harceler.  L’aile  droite  de  l’Empereur  est  menacée.  Il  fait  porter  un  message  à  Grouchy  afin  qu’il  rejoigne  au  plus  vite  mais  le  seul  cavalier  se  perd  et  l’ordre  arrive  trop  tard.  « Ah,  Monsieur,  Berthier  en  aurait  envoyé  cent »  dira  Napoléon  à  Soult.  Une  partie  des  troupes,  le  corps  de  Lobau  notamment,  prévues  pour  l’offensive  du  centre,  font  désormais  face  à  la  menace  prussienne  sur  le  flanc  droit.

    La  canonnade  est  inefficace,  Wellington  a  fait  reculer  ses  lignes  et  les  boulets  ne  ricochent  pas  sur  la  terre  détrempée.  Pourtant,  les  troupes  de  Ney  et  d’Erlon  s’élancent  mais  de  façon  trop  compacte  du  fait  de  l’exigüité  du  compartiment  de  terrain,  elles  ne  peuvent  manœuvrer.  Elles  sont  fauchées  à  bout  portant.  Les  cavaliers  ennemis  entrent  alors  en  action  et  ajoutent  à  la  confusion.  Les  Français  attaquent  en  montant,  peinant  dans  la  boue,  face  à  des  rangs  ordonnés  qui  les  attendent  sur  le  haut  du  plateau.  Bien  loin  de  la  « morne  plaine »  de  Hugo.  C’est  l’échec  de  la  rupture  du  front  et  déjà  des  milliers  de  cadavres  jonchent  le  sol. 

    Un  messager  arrive  avec  des  nouvelles  de  Grouchy  qui  n’a  pas  reçu  l’ordre  de  l’Empereur  de  rejoindre  au  plus  vite.  Trop  tard  pour  espérer  son  soutien.  Il  faut  donc  attaquer  et  briser  le  front  au  centre  avant  l’arrivée  du  gros  des  troupes  de  Blücher  à  l’Est.  Vers  15  heures,  on  repart  à  l’assaut  de  la  Haie  sainte.  C’est  alors  que  le  maréchal  Ney  se  méprend  sur  un  mouvement  et  une  colonne  de  fumée  qu’il  prend  pour  un  début  de  retraite  des  Anglais  alors  que  ce  sont  des  blessés  que  l’on  replie  vers  le  Nord.  Ney,  brûlant  d’impatience,  lance  ses  cavaliers  à  leur  poursuite,  soutenus  par  ceux  de  la  Garde.  Napoléon,  qui  n’a  pas  donné  l’ordre  de  la  charge,  croit  à  un  simple  mouvement  de  repositionnement.  Il  ne  s’y  oppose  donc  pas.  La  charge  de  cavalerie,  prématurée,  sans  tirs  d’artillerie  préalables  ni  soutien  d’infanterie,  surprend  aussi  les  Anglais  qui  ne  sont  nullement  en  train  de  se  replier  et  croient  à  une  ruse.  Venant  buter  sur  les  carrés  anglais  compacts,  les  cavaliers  sont  défaits.  

    ( A  suivre )

     


    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :