• Le Printemps sous la botte.

    <?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p> </o:p>

    Août 2008, comme si l'Histoire s'amusait à ficeler de tristes coïncidences, les chars russes entrent en Georgie par l'Ossétie, exactement 40 ans après l'entrée de ceux du Pacte de Varsovie, en Août 1968, en Tchécoslovaquie pour y écraser le « Printemps de Prague », selon le terme de Roger Garaudy du PCF.

    En Janvier 1968, Alexander Dubcek, 47 ans, accède au secrétariat général du PCT, Parti communiste tchécoslovaque, à la place du stalinien Novotny. Puis il fait élire le vieux général Lutvik Svoboda, l'auteur du « coup de Prague de 1948 » à la présidence de la République, pour rassurer Moscou. Cette nouvelle génération de dirigeants va ouvrir la voie à des réformes hardies, trop hardies pour le Grand frère soviétique, peu enclin à accepter le moindre écart d'un pays socialiste de l'Union et surtout pas ce « Manifeste des 2.000 mots » qui critique le régime. Dubcek va, en effet, à partir d'Avril, instaurer un « socialisme à visage humain » par un programme de démocratisation, largement applaudi par la population qui observe ce qui se passe au même moment en France. Il introduit les libertés de la presse, d'expression et de circulation dans la vie politique et sociale, en supprimant la censure, il enclenche une décentralisation de l'économie et dote le pays d'une nouvelle constitution pour une République désormais fédérale ( égalité des nations tchèque et slovaque qui montraient des velléités d'indépendance ). Les voyages à l'étranger étant autorisés, les Tchécoslovaques se ruent alors à la découverte de l'occident et se prennent à rêver à des lendemains de liberté.

    Pendant ce temps, les généraux du Pacte de Varsovie organisent des manœuvres importantes de l'autre côté de la frontière. Encore une manœuvre, pensent les Praguois. Ce qu'ils ne savent pas est que « l'Opération Danube » qui mobilise essentiellement des troupes soviétiques, mais aussi des forces venant de Pologne, Allemagne de l'Est, Hongrie et Bulgarie, a pour mission finale de faire rentrer dans le rang, par la force, ce trublion libéral qui a même osé mettre en prison le chef de la Police qui avait la confiance de Moscou. Début Août, convoqué à Bratislava, Dubcek avait été fermement tancé, en vain, de renoncer à ses lubies hérétiques.

    Dans la nuit du 20 au 21 Août 1968, Leonid Brejnev, sous la pression des généraux russes et poussé par Walter Ulbricht, alors à la tête de la RDA, lance les troupes blindées-mécanisées sur les routes tchécoslovaques, en direction de la capitale Prague. 300.000 hommes et 6.300 chars se déversent sur le pays malgré la dérisoire défense passive des habitants qui inversent les panneaux indicateurs ou jettent d'inutiles cocktails Molotov sur les blindés.

    A Prague, dès le 18 Août, un avion de l'Aeroflot avait fait débarquer discrètement, sur l'aérodrome de Praha-Ruryne, des parachutistes en civil qui prirent rapidement le contrôle de l'aéroport. Dés lors, les avions Antonov 12 purent décharger troupes et matériels lourds. Une fois rassemblés, le 20 Août, les milliers de parachutistes de la Division aéroportée de la Garde investirent le centre ville dont le Palais présidentiel où le Président Svoboda fut mis en état d'arrestation.

    En 24 heures, le « Printemps de Prague » avait été balayé et les choses redevinrent « normales » pour les Soviétiques, après « seulement » 30 morts et 300 blessés. L'URSS a encore une fois démontré qu'elle n'était prête à accorder qu'une « souveraineté limitée » à ses frères du camp socialiste. Les principaux dirigeants du pays, Alexander Dubcek compris, furent transférés à Moscou ou en exil. Un fidèle, Gustav Husak fut nommé Premier Ministre, en Avril 1969, et les structures totalitaires s'imposèrent à nouveau, avec pour commencer la fermeture des frontières. Un étudiant protestataire, Jan Palach, se fit brûler vif en Janvier 1969 pour attirer l'attention des bonnes consciences européennes mais celles-ci, tout comme l'OTAN, n'émirent que de timides protestations verbales. Le Parti communisme français, critique quant à la méthode, ne condamna jamais le retour à la « normalisation ».

    La bureaucratie dirigeante soviétique ne pouvait se permettre de partager le pouvoir avec des Etats satellites, sous peine de le perdre entièrement. La réponse d'ordre militaire au mouvement politique de libéralisation tchécoslovaque fut un aveu de faiblesse du système et du régime qui sera finalement balayé par la « Révolution de velours » de 1989 avec Vaclav Havel.

    Le peuple aura attendu 21 ans de résistance larvée avant de pouvoir respirer. Enfin.

    <o:p> </o:p>

    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Gilles
    Mercredi 20 Août 2008 à 03:02
    Repression
    Berlin Juin 1953 Budapest Octobre 56 Prague Aout 68 Vilnius et Riga Janvier 91 L'histoire de l'URSS est une longue litanie de repressions sanglantes. Faisons en sorte que Georgie Aout 2008 ne soit pas le debut d'une autre longue litanie de son heritiere la Russie.
    2
    gaugain pierre
    Mercredi 20 Août 2008 à 14:55
    Tchécoslovaquie.. urss... et Russsie.
    Bonjour Yves, Je suis assez de l'avis de Gilles, et cela me remet en mémoire la plaisanterie qui consistait à demander quelle était la différence entre le socialisme et le libéralisme. La réponse étant,:" Le socialisme c'est ferme ta gueule, et le libéralisme, cause toujours" Je pense que la Russie est passée à la deuxième phase, ce qui bien sûr ne fait pas regretter la première. Nous pouvons quand même espérer autre chose. Bien amicalement Pierre Gaugain.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :