• Le difficile assassinat de Raspoutine

     

    Comment  un  paysan-moujik  sibérien,  hirsute,  sale  et  débauché,  devient-il  le  personnage  le  plus  influent  à  la  cour  de  Russie  avant  la  première  guerre  mondiale  et  l’avènement  du  bolchévisme ?  C’est  un  mystère  que  viennent  cependant  éclaircir  ses  capacités  de  devin  prophète  et  son  mysticisme  exacerbé  qui  le  feront  désigner,  par  la  tsarine  elle-même,  comme  starets  ( ermite  guérisseur  qu’on  vient  consulter )  et  même  moine  envoyé  de  Dieu.

    L’impératrice  Alexandra  Federovna  se  lamentait,  en  effet,  de  ce  qu’aucun  des  médecins  de  Saint-Pétersbourg  ne  fut  en  mesure  de  soigner  son  seul  fils, le  tsarévitch  Alexis,  des  crises  d’hémophilie  qui  le  faisaient  souffrir  régulièrement.

    La  réputation  de  thaumaturge  de  Gregori  Raspoutine  arrive  à  ses  oreilles  en  1905  et  elle  le  convoque  à  la  cour,  d’autant  que  la  foi  évidente  de  ce  dévot  est  confirmée  par  de  grands  hommes  d’église.  Par  des  séances  d’hypnotisme,  d’imposition  des  mains  et  de  transes,  Raspoutine  réussit  à  sauver  le  tsarévitch  à  plusieurs  reprises  jusqu’en  1915.  Il  est  dès  lors  vénéré  et  intouchable  dans  l’entourage  du  tsar  Nicolas  II.

    Inculte  et  jouisseur,  le  mystique  errant  et  ivrogne,  à  la  barbe  et  aux  cheveux  longs  et  gras,  en  profitera  pour  placer  ses  protégés  à  la  cour  impériale    il  organise  des  séances  d’exorcisme  et  des  prêches  selon  des  rites  sectaires  interdits  par  l’Eglise  orthodoxe,  lesquels  se  terminent  par  des  flagellations  sur  les  corps  dénudés  des  participants  et  par  des  danses  orgiaques.

    Mais,  en  cette  période  de  guerre  avec  l’Allemagne,  pays  d’origine  de  la  Tsarine,  plusieurs  groupes  de  soutien  de  Nicolas  II  et  des  Romanov  au  pouvoir  depuis  trois  siècles,  voient  l’influence  de  Raspoutine  sur  le  tsar  d’un  mauvais  œil.  Il  doit  disparaître.

    Le  prince  Felix  Youssoupov,  héritier  de  la  plus  grosse  fortune  de  Russie,  excédé  par  la  vie  scandaleuse  et  le  danger  que  « Grischka »  fait  courir  à  la  Sainte  Russie,  convainc  quelques  nobles  et  hauts  dignitaires  de  passer  à  l’acte.  Dans  la  nuit  du  29  au  30  décembre  1916  ( ou  nuit  du  16  au  17  décembre  selon  le  calendrier  Julien  en  vigueur  en  Russie  jusqu’en  1918 ),  Youssoupov  invite  Raspoutine  en  son  palais  de  la  Moïka,  sous  prétexte  de  lui  présenter  une  femme,  lui  sert  de  l’alcool  et  des  petits  fours  trafiqués  au  cyanure  que  le  prétendu  moine  va  avaler  sans  sourciller.  Sans  doute  le  cyanure  incorporé  à  la  pâte  à  gâteau  avait-il  perdu  son  agressivité  lors  de  la  cuisson.

    Voyant  que  le  poison  ne  fait  pas  d’effet,  le  jeune  prince  sort  un  pistolet  et  fait  feu  sur  le  colosse  qui  s’écroule  sur  le  tapis.  L’ayant  tiré  dans  une  salle  annexe,  le  jeune  prince  rejoint  ses  complices  aristocrates  mais  lorsqu’il  revient  sur  les  lieux  de  son  geste  criminel,  Raspoutine  ouvre  les  yeux  et,  comme  un  diable,  se  lève  d’un  bond  et  réussit  à  s’enfuir  en  hurlant.  Alertés  par  le  bruit,  les  autres  membres  du  complot  le  rattrapent,  le  matraquent  et  font  feu  également  sur  lui  à  trois  reprises.  Puis  tous  s’empressent  d’enrouler  le  corps  sans  vie  dans  un  drap  qu’ils  ligotent.  Le  fardeau  est  transporté  sur  une  île  de  la  Neva  pour  enfin  être  jeté  dans  le  fleuve  gelé.  Mais,  non  lesté,  il  ne  coule  pas  et  il  faut  le  pousser  en  force  sous  la  glace  pour  qu’il  disparaisse.  S’étant  vantés  de  leur  forfait,  les  assassins  ne  pourront  empêcher  que  le  corps  ne  soit  remonté  à  la  surface  et  autopsié.  Et  là,  Oh  surprise,  de  l’eau  dans  les  poumons  attesteront  que  le  moujik  était  encore  vivant  quand  il  fut  jeté  dans  les  eaux  glacées.  Atteint  de  trois  balles,  sauvagement  battu,  c’est  finalement  de  noyade  que  le  mage  aurait  péri.  Cette  endurance  exceptionnelle,  qui  lui  avait  permis  d’échapper  deux  fois  à  la  mort  quand  il  était  plus  jeune,  contribue  à  la  légende  de  surhomme  qui  lui  survivra.

    Las,  son  assassinat  ne  freinera  pas  la  chute  du  régime  tsariste  qui  disparaîtra  avec  la  révolution  d’octobre  et  le  coup  de  force  de  Lénine. La  famille  impériale,  quant  à  elle  et  comme  l’avait  prédit  Raspoutine,  sera  massacrée  en  Juillet  1918  à  Iekaterinbourg.

    Une  même  fin  tragique  et  brutale  pour  les  Romanov  et  leur  gourou.

     


    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Vendredi 14 Janvier 2011 à 10:27
    mythe
    vie suffisamment extraordinaire et empreinte de mystere pour qu'elle inspire bon nombre d'ecrivains ou de musiciens.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :