• Le Coup d’Etat démocratique.

    <?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p> </o:p>

    Il y a un demi-siècle, en 1958, les gouvernements de la IV° République sont impuissants à régler la crise algérienne, commencée par les assassinats de professeurs Français en Novembre 1954, et donc ils sautent les uns après les autres.

    Le 13 Mai 1958, une manifestation de colons français a lieu à Alger pour saluer la mémoire de 3 soldats exécutés par le Front de Libération Nationale (FLN). Les Algérois, menés par le poujadiste Lagaillarde, prennent d'assaut le Gouvernement général, siège du pouvoir. Dans la soirée, le général Jacques Massu y fait son entrée pour rétablir l'ordre et annonce qu'il prend la tête d'un Comité de salut public, où l'on retrouve Raoul Salan et Léon Delbecque. A Paris, Pierre Pflimlin, nommé en urgence, condamne l'insurrection et demande au général Salan d'assurer les pouvoirs civils et militaires en Algérie. Celui-ci remplace les préfets récalcitrants par des généraux et coopère avec le Comité de salut public, dans l'espoir de voir le général de Gaulle revenir au gouvernement, comme ultime recours. Pour cela, il lance du haut du balcon gouvernemental, le 15 Mai à Alger, un clair « Vive de Gaulle », seul capable, selon lui, de garder l'Algérie française.

    Celui-ci attendait, en fin stratège silencieux, depuis son exil de Colombey les deux Eglises, que les choses se gâtent suffisamment pour le gouvernement impuissant. Le 15 Mai, il sort de son mutisme et publie un communiqué de presse dans lequel il annonce : « Je me tiens prêt à assumer les pouvoirs de la République » et le 19 Mai, il tient une conférence de presse où il balaye toutes les réticences : « Pourquoi voulez-vous qu'à 67 ans, je commence une carrière de dictateur ? ».

    De son côté, Salan a fait étudier une intervention militaire, nommée « Opération Résurrection », appuyée par les troupes d'Algérie et chargée, éventuellement, de reconquérir la métropole. Une répétition générale a lieu en Corse, le 24 Mai, et les parachutistes venus d'Alger, fusionnent avec le 1er Choc de Calvi, faisant passer l'île à la dissidence. Pour en bloquer le déroulement ultérieur, de Gaulle proclame « avoir entamé le processus régulier nécessaire à l'établissement d'un gouvernement républicain capable d'assurer l'unité et l'indépendance du pays ».

    Cependant, la rumeur d'une opération de parachutistes sur Paris entraîne la démission du gouvernement Pflimlin, le 28 Mai 1958. Le même jour, tandis que de Gaulle annonce qu'il commence à former un gouvernement, un grand défilé antifasciste se déroule entre Nation et République. On craint la guerre civile.

    Le 29 Mai, le Président de la République, René Coty, demande au Parlement d'investir le général de Gaulle, « le plus illustre des Français » et effectivement dernier recours apparent. Par 329 voix pour et 224 voix contre, de Gaulle devient le chef du gouvernement, dernier Président du Conseil de la IV° République qui vit ses derniers instants. Parmi les opposants, Pierre Mendès-France et François Mitterrand qui dénoncent « le coup d'Etat du général de Gaulle ». Le 02 Juin, le gouvernement de Gaulle, qui reçoit les pleins pouvoirs pour 6 mois, lance les travaux d'élaboration d'une nouvelle Constitution.

    Encore quelques mois, et le Général fera approuver, par référendum, son projet de Constitution puis il deviendra le premier Président de la nouvelle République, la cinquième du nom. Tout cela dans la plus parfaite légalité alors que d'aucuns militent encore aujourd'hui pour accréditer la thèse d'un coup d'Etat, certes finement mené, mais prémédité.

    <o:p> </o:p>

    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :