• Félix Eboué sauve le général de Gaulle

    Lorsqu’il  vient  au monde,  à  Cayenne en  1884,  dans une  Guyane  libre et  française  depuis 1848,  Adolphe Félix Eboué, petit fils d’un esclave noir, ne sait pas encore qu’il sera une aide précieuse, un demi siècle plus tard,  pour  le général de Gaulle.

    Ce  créole  intelligent et  curieux  part, muni  d’une  bourse, faire  ses  études à  Paris dès 17 ans. Diplômé de l’Ecole coloniale en 1908, 

    il s’intéresse aux colonies africaines de la France. 

    Première affectation l’année  suivante  comme administrateur  en  chef dans  l’Oubangui-Chari (c’est ainsi qu’on nommait  la  République Centrafricaine  à  cette époque )  où  il restera  24  ans 
    entrecoupés  de  courts séjours  en  Guyane pour  revoir  sa famille.  Il  a 30 ans, en 1914 lorsque 
    sa  demande  d’engagement dans  l’Armée  lui est  refusée.

    Son  style  particulier et  humaniste  ( il adhère  à  la Ligue  des  Droits de  l’Homme )  lui permet  de  concilier culture  africaine  ( sur laquelle  il  écrit plusieurs  livres )  et modernisation  dans  un 
    cadre  colonial.  Il favorise  les  cultures vivrières  et  le coton,  développe  les voies  de  communication  et donc  le  commerce tout  en  maintenant les  traditions  locales. 

    A  partir  de 1932,  il  est  successivement  envoyé en  Martinique  où il  améliore  la condition  de vie des  plus  démunis, au  Mali  ( appelé Soudan  français )  où  il  met en  valeur  les 
    rives  du  Niger et  prône  la sédentarisation  des  nomades, en  Guadeloupe  en 1936  où  la 
    crise  économique  fait rage,  au  Tchad enfin  en  1939, comme  gouverneur  de cette  toute  nouvelle colonie  convoitée  par  les  Italiens.

    Depuis  Fort-Lamy  ( actuelle N’djamena ),  Félix  Eboué apprend  l’effondrement  de l’armée  française  en 1940  et  l’occupation du  Nord  de la  France.  Refusant l’armistice  précipité,  sur 
    conseil  du  colonel Marchand  qui  commande le  régiment  de Tirailleurs  sénégalais  du Tchad,  il câble le  29  juin au  gouverneur  général Boisson  son  intention de  maintenir  le Tchad  dans  la guerre.  Mais  Boisson, après  moult  hésitations, reste  fidèle  au maréchal  Pétain.  Eboué prend  alors  contact avec  le  général de  Gaulle  dont l’écho  de  l’Appel du  18  juin lui  est parvenu. 

    Le  nouveau  chef de  la  France libre  lui  envoie, en  Août,  deux émissaires  que  Eboué accueille  chaleureusement. Ce  ralliement  du Tchad  à  la France  libre  et combattante,  le  premier de  l’Empire  colonial français,  sera  déterminant car  il  entraînera celui  de  plusieurs pays  africains  francophones de  l’AEF  qui entrent  ainsi  en dissidence  par  rapport aux  ordres  officiels de  l’Etat  français. 
    Après  l’avoir  rencontré à  Fort-Lamy,  le général  de  Gaulle le  nomme  Gouverneur général  de  l’Afrique Equatoriale  Française  et le  fera,  en 1941,  compagnon  de l’Ordre  de  la  Libération.

    Doué  d’un  bon sens  pratique,  Félix Eboué  développe  ensuite une  nouvelle  politique indigène  en  AEF qui  s’appuie  sur les  élites  et les  traditions  locales tout  en  organisant l’amélioration  matérielle  et économique  des  populations.

    Début  1944,  il participe  à  la Conférence  de  Brazzaville sur  la  décolonisation  et a  le  plaisir 
    de  voir  ses théories  reprises  largement par  le  général de  Gaulle,  initiateur de  cette conférence.

    Aussitôt  après,  il se  rend  en Egypte  pour  dissiper un  différend  entre le  Premier  Ministre du  roi  d’Egypte et  le  Comité français  de  la libération  nationale  ( CFLN ). Puis,  brusquement, alors qu’il  donne  une conférence  au  lycée français  du  Caire, il  fait  un malaise  et  doit s’aliter.  C’est  une congestion  pulmonaire  qui l’emportera  le  17 mai  1944.  En  mai  1949, ses  cendres  seront transférées  au  Panthéon.

    Son  action  aura permis  au  colonel  Leclerc  de trouver  une  base de  départ  pour former  une  petite troupe  combattante,  composée de  quelques  centaines de  méharistes  et tirailleurs,  tchadiens,  sénégalais et  européens  armés de  façon  disparate, afin  de  s’emparer, en  1941,  de l’oasis  de  Koufra en  Libye,  petite garnison  italienne. 

    Victorieuse,  au  contraire des  Britanniques  qui échouent  à  Mourzouk, cette  désormais  célèbre 
    « colonne Leclerc »  sera  le  début  d’une longue  marche  victorieuse qui  passera  par la  libération  de Paris  et  de  Strasbourg.

    Merci  Félix. 


    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :