•  

    Il  est  des  paroles  ou  des  phrases  chocs  qui  marquent  leur  époque  comme  elles  ont  marqué  leur  auteur.  On  se  souvient  du  « alea  iacta  est »  de  César  au  moment    il  passe  le  Rubicon,  du  « et  pourtant  elle  tourne »  de  Galilée,  ou,  plus  récemment,  du  « I  have  a  dream »  de  Martin  Luther  King,  du  « Ich  bin  ein  Berliner »  de  J. F.  Kennedy  ou  du  « Vive  le  Quebec  libre »  du  général  de  Gaulle.

    Mais,  outre  les  paroles,  il  y  a  aussi  dans  l’histoire  de  l’humanité,  des  gestes  forts  ou  des  symboles  qui  restent  gravés  en  notre  mémoire  comme  autant  de  bornes  de  conscience.

    Dans  ce  registre,  on  se  souvient  du  premier  pas  posé  sur  la  lune  par  Niel  Armstrong  en  Juillet  1969,  du  jeune  chinois  qui  arrête  seul  une  colonne  de  chars  sur  la  place  Tien  An  Men  en  Juin  1989  ou  du  poing  serré  des  athlètes  noirs  sur  le  podium  de  Mexico  en  1968,  par  exemple.

    La  réconciliation  entre  deux  nations  qui  se  sont  fait  la  guerre  est  aussi  un  geste  fort.  Cette  fois,  je  pense  à  la  signature  du  Traité  de  l’Elysée  entre  le  général  Charles  de  Gaulle  et  le  chancelier  Konrad  Adenauer  qui  se  donnent  l’accolade,  le  22  Janvier  1963.

    Cette  poignée  de  mains  historique  entre  deux  anciens  adversaires,  sera  reproduite,  pour  ce  qui  concerne  la  France  et  l’Allemagne,  le  22  Septembre  1984  à  Verdun,  entre  François  Mitterrand  et  Helmut  Kohl  puis  en  Juin  2004  entre  Jacques  Chirac  et  Gerhard  Schröder,  pour  l’anniversaire  du  débarquement  allié  le  06  Juin  1944.

    Geste  fort  que  cette  poignée  de  mains  entre  voisins  qui  ont  tant  souffert  de  leurs  rivalités  passées  mais  qui  regardent  dorénavant  l’avenir  ensemble,  avec  confiance.

    Ce  22  Janvier  est  devenu,  comme  le  souhaitaient  Chirac  et  Schröder,  la  « journée  franco-allemande »,  célébrée,  de  part  et  d’autre  du  Rhin,  dans  la  plupart  des  établissements  scolaires.

     


    votre commentaire
  •  

    Comment  un  paysan-moujik  sibérien,  hirsute,  sale  et  débauché,  devient-il  le  personnage  le  plus  influent  à  la  cour  de  Russie  avant  la  première  guerre  mondiale  et  l’avènement  du  bolchévisme ?  C’est  un  mystère  que  viennent  cependant  éclaircir  ses  capacités  de  devin  prophète  et  son  mysticisme  exacerbé  qui  le  feront  désigner,  par  la  tsarine  elle-même,  comme  starets  ( ermite  guérisseur  qu’on  vient  consulter )  et  même  moine  envoyé  de  Dieu.

    L’impératrice  Alexandra  Federovna  se  lamentait,  en  effet,  de  ce  qu’aucun  des  médecins  de  Saint-Pétersbourg  ne  fut  en  mesure  de  soigner  son  seul  fils, le  tsarévitch  Alexis,  des  crises  d’hémophilie  qui  le  faisaient  souffrir  régulièrement.

    La  réputation  de  thaumaturge  de  Gregori  Raspoutine  arrive  à  ses  oreilles  en  1905  et  elle  le  convoque  à  la  cour,  d’autant  que  la  foi  évidente  de  ce  dévot  est  confirmée  par  de  grands  hommes  d’église.  Par  des  séances  d’hypnotisme,  d’imposition  des  mains  et  de  transes,  Raspoutine  réussit  à  sauver  le  tsarévitch  à  plusieurs  reprises  jusqu’en  1915.  Il  est  dès  lors  vénéré  et  intouchable  dans  l’entourage  du  tsar  Nicolas  II.

    Inculte  et  jouisseur,  le  mystique  errant  et  ivrogne,  à  la  barbe  et  aux  cheveux  longs  et  gras,  en  profitera  pour  placer  ses  protégés  à  la  cour  impériale    il  organise  des  séances  d’exorcisme  et  des  prêches  selon  des  rites  sectaires  interdits  par  l’Eglise  orthodoxe,  lesquels  se  terminent  par  des  flagellations  sur  les  corps  dénudés  des  participants  et  par  des  danses  orgiaques.

    Mais,  en  cette  période  de  guerre  avec  l’Allemagne,  pays  d’origine  de  la  Tsarine,  plusieurs  groupes  de  soutien  de  Nicolas  II  et  des  Romanov  au  pouvoir  depuis  trois  siècles,  voient  l’influence  de  Raspoutine  sur  le  tsar  d’un  mauvais  œil.  Il  doit  disparaître.

    Le  prince  Felix  Youssoupov,  héritier  de  la  plus  grosse  fortune  de  Russie,  excédé  par  la  vie  scandaleuse  et  le  danger  que  « Grischka »  fait  courir  à  la  Sainte  Russie,  convainc  quelques  nobles  et  hauts  dignitaires  de  passer  à  l’acte.  Dans  la  nuit  du  29  au  30  décembre  1916  ( ou  nuit  du  16  au  17  décembre  selon  le  calendrier  Julien  en  vigueur  en  Russie  jusqu’en  1918 ),  Youssoupov  invite  Raspoutine  en  son  palais  de  la  Moïka,  sous  prétexte  de  lui  présenter  une  femme,  lui  sert  de  l’alcool  et  des  petits  fours  trafiqués  au  cyanure  que  le  prétendu  moine  va  avaler  sans  sourciller.  Sans  doute  le  cyanure  incorporé  à  la  pâte  à  gâteau  avait-il  perdu  son  agressivité  lors  de  la  cuisson.

    Voyant  que  le  poison  ne  fait  pas  d’effet,  le  jeune  prince  sort  un  pistolet  et  fait  feu  sur  le  colosse  qui  s’écroule  sur  le  tapis.  L’ayant  tiré  dans  une  salle  annexe,  le  jeune  prince  rejoint  ses  complices  aristocrates  mais  lorsqu’il  revient  sur  les  lieux  de  son  geste  criminel,  Raspoutine  ouvre  les  yeux  et,  comme  un  diable,  se  lève  d’un  bond  et  réussit  à  s’enfuir  en  hurlant.  Alertés  par  le  bruit,  les  autres  membres  du  complot  le  rattrapent,  le  matraquent  et  font  feu  également  sur  lui  à  trois  reprises.  Puis  tous  s’empressent  d’enrouler  le  corps  sans  vie  dans  un  drap  qu’ils  ligotent.  Le  fardeau  est  transporté  sur  une  île  de  la  Neva  pour  enfin  être  jeté  dans  le  fleuve  gelé.  Mais,  non  lesté,  il  ne  coule  pas  et  il  faut  le  pousser  en  force  sous  la  glace  pour  qu’il  disparaisse.  S’étant  vantés  de  leur  forfait,  les  assassins  ne  pourront  empêcher  que  le  corps  ne  soit  remonté  à  la  surface  et  autopsié.  Et  là,  Oh  surprise,  de  l’eau  dans  les  poumons  attesteront  que  le  moujik  était  encore  vivant  quand  il  fut  jeté  dans  les  eaux  glacées.  Atteint  de  trois  balles,  sauvagement  battu,  c’est  finalement  de  noyade  que  le  mage  aurait  péri.  Cette  endurance  exceptionnelle,  qui  lui  avait  permis  d’échapper  deux  fois  à  la  mort  quand  il  était  plus  jeune,  contribue  à  la  légende  de  surhomme  qui  lui  survivra.

    Las,  son  assassinat  ne  freinera  pas  la  chute  du  régime  tsariste  qui  disparaîtra  avec  la  révolution  d’octobre  et  le  coup  de  force  de  Lénine. La  famille  impériale,  quant  à  elle  et  comme  l’avait  prédit  Raspoutine,  sera  massacrée  en  Juillet  1918  à  Iekaterinbourg.

    Une  même  fin  tragique  et  brutale  pour  les  Romanov  et  leur  gourou.

     


    1 commentaire
  •  

    En  ce  11  Septembre,  vous  n’échapperez  pas,  bien  sûr,  aux  reportages  commémorant  les  attentats  suicides  et  meurtriers  du  11  Septembre  2001  sur  les  tours  jumelles  de  New-York.  On  peut  difficilement  faire  mieux  dans  l’horreur.

    Mais  il  est  d’autres  évènements  qui  ont  marqué,  dans  le  passé,  d’une  manière  dramatique  cette  date  du  9/11  désormais  incrustée  dans  les  mémoires :

    Ainsi  en  1916 :  Devant  100.000  personnes  venues  assister  à  la  pose  de  la  travée  centrale  du  Pont  de  Québec,  le  tablier  du  pont  qu’on  venait  de  hisser  à  45  mètres  au  dessus  du  niveau  de  l’eau,  chute  avec  fracas  dans  le  Saint-Laurent.   Cette  nouvelle  tragédie  ajoute  12  victimes  aux  90  qui  avaient  péri  dans  l'effondrement  de  la  travée  Sud  le  29  août  1907.

    1917 :  Le  capitaine  Georges  Guynemer  est  déjà  une  légende  vivante  de  l’aviation  quand  il  décolle  ce  11  Septembre  1917,  fort  de  ses  53  victoires  homologuées,  à  bord  de  son  «  Vieux  Charles ».  Blessé  à  Verdun  en  1916,  il  reprend  l’air  aussitôt  et  fascine  par  sa  fougue.  Mais  au  soir  du  11,  il  ne  rentre  pas  et  sa  disparition  ne  sera  pas  annoncée  tout  de  suite,  tant  elle  parait  inimaginable.  Ce  jeune  aristocrate  de  22  ans  venait  d’être  abattu  du  côté  d’Ypres  en  Belgique. 

    1968 :  Crash  d’un  avion  Caravelle  d’Air  France,  vol  1611  immatriculé  FB0BH,  entre  Ajaccio  et  Nice,  faisant  95  victimes.  La  cause  est  encore  inconnue  même  si  des  soupçons  se  portent  depuis  1970  sur  la  rencontre  fortuite  avec  un  missile  perdu  lors  d’exercices  militaires  au  large  de  l’île  du  Levant.  Que  s’est-il  passé,  ce  11  Septembre  à  10 h 34  au  large  du  cap  d’Antibes ?  «  J’ai  des  ennuis … nous  demandons  atterrissage … nous  avons  le  feu  à  bord »  ont  été  les  derniers  mots  du  commandant  de  bord.  Déjà,  en  1964,  une  Caravelle  s’était  écrasée  en  mer  à  18  km  de  l’aéroport  de  Dharan,  en  Arabie,  sans  que  les  causes  puissent  être  trouvées.

    1969 :  Jacques  Mesrine,  l’ennemi  public  numéro  un  en  France,  s’évade  le  11  Septembre  de  la  prison  de  Percé  mais  est  repris  10  heures  plus  tard.

    1973 :  Salvador  Allende,  président  démocratiquement  élu  du  Chili,  est  renversé  et  tué  par  un  coup  d’Etat  militaire,  le  11  Septembre  1973,  coup  d’Etat  dont  certains  attribuent  l’organisation  à  la  CIA.  A  la  tête  d’un  quarteron  d’officiers,  le  Général  Augusto  Pinochet  prend  ainsi  la  tête  d’une  dictature  qui  va  durer  17  ans.  Dissolution  du  Congrès  national  et  des  partis  politiques,  abolition  de  la  liberté  de  la  presse,  exécution  des  opposants  et  autodafés  de  la  presse  de  gauche,  seront  quelques  unes  des  mesures  prises  par  ce  grand  « démocrate »  qui  mourra  en  2006  sans  avoir  été  jugé  pour  les  crimes  qu’il  a  commandités.

    11  Septembre  2001 :  Quatre  avions  de  ligne  Boeing  américains  ayant  fait  le  plein  de  passagers  et  emportant  45.000  litres  de  carburant  sont  pris  en  otage  par  des  pirates  qui  tuent  les  équipages  et  dirigent  les  avions  ( qu’ils  avaient  appris  à  piloter ),  véritables  bombes  incendiaires,  sur  leurs  objectifs  symboliques :  le  Pentagone,  les  deux  tours  jumelles  du  World  Trade  center  et … un  dernier  objectif  non  atteint  car  le  4ème  avion  s’écrase  au  sol  en  Pennsylvanie  après  la  révolte  des  passagers.

    Ces  attentats,  imputés  à  Al-Qaïda  mais  aussi  à  la  CIA  par  certains  révisionnistes,  feront  près  de  3.000  victimes  dont  340  pompiers  de  New  York  et  plus  de  6.000  blessés,  sans  compter  les  familles  détruites.

    J'aurais  presque  envie  de  décréter  ce  maudit  11  Septembre  journée  bissextile  pour  ne  le  voir  apparaître  que  tous  les  4  ans.

     

     


    2 commentaires
  •  

     

    Au  lendemain  du  coup  de  force  de  Novembre  1917  à  Petrograd  ( St-Pétersbourg,  la  ville  de  Pierre  le  Grand ),  les  bolcheviques  de  Lénine ( qu’on  appellera  plus  tard  communistes )  affermissent  leur  prise  de  pouvoir  sur  les  cendres  du  régime  tsariste  tombé  en  Mars.  Ces  6  et  7  Novembre  seront  appelés  la  «  Révolution  d’Octobre »  puisque  la  vieille  Russie  suivait  encore  le  calendrier  Julien  ( conçu  sous  l’égide  de  Jules  César ).

    Alors  que  toute  l’Europe  est  en  guerre,  Lénine  signe  en  hâte  une  paix  séparée  à  Brest-Litovsk,  concédant  d’énormes  territoires,  afin  de  sauver  sa  révolution.  Mais  il  doit  faire  front  de  toutes  parts,  face  aux  opposants  au  régime  dictatorial  qu’il  instaure.  Travail  forcé,  réquisitions,  répressions  et  exécutions  orchestrées  par  « l’Armée  rouge »  de  son  ami  Trotski,  viendront  péniblement  à  bout,  en  1920,  de  cette  véritable  guerre  civile  entre  Rouges  et  Blancs  qui  fera  des  millions  de  morts,  auxquels  s’ajoutent  les  victimes  de  la  famine  dans  les  campagnes.

    En  Mars  1921,  Lénine  annonce  une  « Nouvelle  Politique  Economique »  ( NEP  en  russe )    l’Etat  reste  propriétaire  des  terres  et  des  outils  de  production  mais    une  petite  parcelle  privée  est  consentie  aux  paysans  qui  redressent  enfin  la  tête.  Certains  même,  les  Koulaks,  s’enrichissent.

    A  la  mort  de  Lénine,  son  successeur  Staline  va  opérer  un  retour  en  arrière  par  peur  de  l’instauration  d’une  bourgeoisie  qui  menacerait,  à  terme,  le  bolchevisme.  C’est  la  « dé-koulakisation »  et  la  mise  en  œuvre  d’un  plan  quinquennal  ( 1928 – 1933 )  draconien.  Pour  acheter  des  machines  à  l’étranger,  il  a  besoin  d’exporter  un  maximum  de  céréales  et,  pour  cela,  multiplie  les  réquisitions  forcées  chez  les  paysans.  La  collectivisation  brutale  des  terres,  sous  la  houlette  de  « kolkhozes » ( coopératives  géantes )  et  de  « sovkhozes » ( fermes  modèles )  va  entraîner  une  chute  de  la  production  et  mener,  une  nouvelle  fois,  les  paysans  à  la  famine.  Toute  la  production  agricole  est  réquisitionnée  de  force  et  dirigée  vers  l’exportation  afin  de  montrer  aux  capitalistes,  en  proie  à  la  grande  crise  de  1929,  que  la  dictature  du  prolétariat  est  la  solution  pour  le  bien  des  peuples. 

    C’est  en  Ukraine,  rebelle  aux  mesures,  que  la  famine  va  sévir  le  plus  durement,  d’autant  que  Staline ( surnom  qui  veut  dire  Homme  d’acier  en  russe )  y  orchestre  une  répression  sanglante  et  des  confiscations  systématiques  de  nourriture.  Staline  avait  comme  lieutenants  stakhanovistes  les  Molotov,  Kaganovitch  et  Vorochilov.  Pas  des  tendres !  Cette  famine  entretenue  par  le  pouvoir  central,  nommée  « Holodomor »  en  ukrainien,  conduira  la  population  à  glaner  quelques  épis,  à  ronger  des  carcasses  d’animaux  et  des  racines  pour  survivre.  On  cite  des  cas  de  cannibalisme,  des  enfants  abandonnés  à  leur  sort,  25.000  morts  par  jour  en  Ukraine  et  au  Kazakhstan,  alors  que  le  gouvernement  ( qui  a  supprimé  la  NEP )  confisque  et  exporte  près  de  2  millions  de  tonnes  de  céréales.

    Le  point  culminant  de  l’horreur  survient  le  07  Août  1932  lorsque  parait  la  «  Loi  des  épis »  qui  punit  de  10  ans  de  déportation  dans  des  camps,  voire  de  la  peine  de  mort,  « tout  vol  ou  dilapidation  de  la  propriété  socialiste »  y  compris  le  simple  vol  de  quelques  épis  de  blé  dans  un  champ.

    Holodomor,  la  grande  famine  d’Ukraine  de  1932-33,  artificiellement  et  cyniquement  entretenue  par  le  « petit  père  des  peuples »,  fera  5  à  7  millions  de  victimes  innocentes  ( certains  affichent  10 M ).  Le  mot  Holodomor,  d’ailleurs,  veut  dire  aussi  « génocide »  car  c’est  bien  d’un  génocide  qu’il  s’agit,  même  si  peu  de  pays  au  monde  l’ont  reconnu,  à  l’instar  du  génocide  arménien,  nié  par  la  Turquie.

    On  sait  aujourd’hui  que  la  dé-koulakisation  ( sur  laquelle  les  pays  occidentaux  ont  fermé  les  yeux )  a  été  un  instrument  pour  lutter  contre  le  « nationalisme »  de  certaines  régions,  en  particulier  de  l’Ukraine  et  des  régions  cosaques  du  Don  et  du  Caucase.  Pourtant,  ces  régions  satellites  de  la  Russie  retrouveront  quand  même  la  liberté  de  s’auto-gérer  mais  il  faudra  attendre  la  chute  de  l’Union  Soviétique  en  1990.

    En  somme,  6  millions  de  morts  pour  rien.

     


    5 commentaires
  •  

    Lorsque  François  Ravaillac  est  mené  Place  de  Grève  pour  y  être  supplicié  d’horrible  manière,  il  aura  ces  mots  énigmatiques  qui  sèmeront  le  doute  sur  la  version  officielle  de  l’assassinat  d’Henri  IV  qu’il  venait  d’effectuer,  seul  dit-on :  «  On  m’a  bien  trompé  quand  on  m’a  voulu  persuader  que  le  coup  que  je  ferais  serait  bien  reçu  du  peuple … ».  A-t-il  agi  seul  ou  était-il  le  bras  armé  d’une  conspiration  de  régicides ?  La  réponse  fait  encore  débat  tout  comme  celle  de  l’assassinat  de  John-Fitzgerald  Kennedy  par  Lee  Harvey  Oswald,  en  1963. 

    Depuis  la  signature,  douze  ans  plus  tôt,  de  l’édit  de  Nantes,  prônant  la  réconciliation  entre  Catholiques  et  Réformés  huguenots  après  30  ans  de  guerres  de  religions,  un  climat  de  profonde  hostilité  au  monarque  régnait,  en  effet,  dans  les  milieux  catholiques  ultra,  les  « ligueurs »  ( héritiers  de  la  Sainte  Ligue )  et  une  rumeur  persistante,  alimentée  notamment  depuis  les  Pays-Bas  espagnols,  annonçait  comme  certaine  la  mort  prochaine  du  roi. 

    Dans  les  campagnes,  l’amnistie  proclamée  n’est  pas  du  goût  de  tout  le  monde  et  les  rancœurs  sont  tenaces.  A  Angoulême,  par  exemple,  des  prêtres  manifestent  leur  opposition  à  ce  qu’ils  considèrent  comme  une  trahison  du  roi.  C’est  dans  ce  climat  que  grandit  un  fils  de  bonne  famille  très  pieuse,  François  Ravaillac.  Fanatisé  par  les  sermons  du  chanoine  Guillebaud,  son  précepteur,  le  jeune  homme,  un  peu  illuminé,  se  persuade  de  la  nécessité  de  tuer  le  roi  et  monte  à  Paris  en  1609  pour  réaliser  son  crime.

    Le  14  Mai  1610,  au  lendemain  du  couronnement  de  la  reine  Marie  de  Médicis  à  Saint-Denis,  Henri  IV  quitte  le  Louvre  pour  rendre  visite,  dans  l’Est  de  Paris,  à  son  ami  Sully,  malade.  Ce  n’est  pas  très  loin  et  il  n’a  pas  jugé  nécessaire  de  faire  escorter  le  carrosse  royal  de  la  Garde  à  cheval.  Las,  en  s’engageant  rue  de  la  Ferronnerie,  près  des  Halles,  le  carrosse  est  bloqué  par  une  charrette  de  foin  et  une  autre  de  vin  qui  barrent  la  route.  Les  valets  descendent  du  marchepied    ils  se  tenaient  pour  faire  évacuer  les  charrettes.  Ravaillac,  qui  avait  suivi  le  carrosse  depuis  le  Louvre,  n’attendait  que  cela.  Il  se  hisse  sur  un  rayon  de  la  roue,  passe  le  bras  par-dessus  le  duc  d’Epernon  et  frappe  le  roi  à  la  poitrine  de  plusieurs  coups  de  couteau.  Il  est  aussitôt  maîtrisé  et  aurait  été  lynché  sans  l’intervention  du  duc  d’Epernon  qui  somme  la  foule  de  lui  laisser  la  vie,  pensant  sans  doute  obtenir  de  ses  aveux  le  nom  des  commanditaires.  On  le  conduit  à  l’Hôtel  de  Retz    il  est  questionné  avec  rudesse.

    Le  27  Mai,  après  un  procès  bâclé,  le  condamné  arrive  place  de  Grève  pour  y  être  écartelé  comme  le  veut  la  règle  pour  un  régicide.  Auparavant,  on  lui  tenaille  la  poitrine  et  tout  le  corps,  on  verse  du  plomb  fondu  sur  les  blessures  et  on  lui  brûle  la  main  avec  du  souffre.  Mais  Ravaillac  est  un  rude  gaillard,  un  colosse  à  la  barbe  rousse  et  à  la  stature  imposante.  Il  résiste  aux  tortures  multiples  sauf  aux  quatre  chevaux  qui  vont  étirer  ses  membres.

    A-t-il  agi  seul  ou  poussé  par  des  comploteurs ?  Le  « vert-galant »  était  tombé  amoureux,  à  54  ans,  d’une  gamine  de  14  ans,  Charlotte  de  Montmorency,  qu’il  avait  aperçue  court  vêtue  alors  qu’elle  répétait  le  Ballet  de  la  Reyne.  Il  la  marie  au  prince  de  Condé,  homosexuel,  et  échange  avec  la  jeune  nymphe  une  correspondance  enflammée.  Mais  Condé  enlève  son  épouse  et  gagne  Bruxelles,  terre  espagnole  et  catholique,  sans  permission  royale.  Celui  qu’on  nommera  le  « bon  roi »  lève  alors  trois  armées  contre  le  gouverneur  des  Pays-Bas  espagnols,  l’archiduc  Albert  de  Habsbourg,  soupçonné  de  rassembler  tous  les  exilés  protestants  enragés  et  hostiles  à  l’édit  de  Nantes,  donc  au  roi,  ce  « tyran  d’usurpation ».  En  passant  par  Bruxelles,  Henri  IV  pourrait  ainsi  récupérer  sa  dulcinée.  De  cet  épisode  date  la  rumeur  d’un  complot  flamand.  Ravaillac  n’était-il  pas  revêtu  d’un  habit  vert  à  la  mode  flamande,  au  moment  des  faits ?

    Mais  la  reine,  qui  butait  à  chaque  pas  sur  les  maîtresses  du  roi,  n’avait-elle  pas  les  motifs  de  s’en  prendre  à  lui ?

    Tous  les  opposants,  de  tout  temps,  rêvent  de  tuer  celui  qui  détient  le  pouvoir.  D’ici  à  passer  à  l’acte,  il  y  a  une  marge ! …

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique