• <?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p> </o:p>

    Qui n'a jamais entendu, dans son entourage, l'expression « Arrête de travailler, t'es Stakha ou quoi ? ». Il est fait référence, ici, au grand principe économique appelé « Stakhanovisme » qui a vu, en Union Soviétique, l'apologie des travailleurs acharnés, cherchant à hisser la nation au plus haut niveau de production industrielle. De nos jours, selon le langage courant, on est Stakha quand on veut en faire plus que ce qui est demandé.

    Alexeï Stakhanov est un mineur de la région du Donbass qui travaille dans une mine ukrainienne de charbon, à Irmino le long de la rivière Donets. Mais l'ambiance est morose car les chefs subissent des remontrances quotidiennes de la part d'un Parti qui voit que le Plan quinquennal est en panne, que les ouvriers ne succombent pas à « l'émulation socialiste » mais, au contraire, s'amusent de l'adage « Ils font semblant de nous payer, nous faisons semblant de travailler ».

    En 1935, un Komsomol (groupe de jeunes communistes actifs), voulant se faire bien voir, lance un concours destiné à élire l'ouvrier qui extraira le plus gros volume de charbon. Stakhanov est, dans son équipe, celui qui tient le perforateur, sorte de marteau-piqueur portatif. Il réussit, le 31 Août 1935, à amasser 105 tonnes de minerai, en moins de 06 heures de travail, alors que la norme journalière est de 07 tonnes, soit 15 fois plus. Un exploit, vite salué par l'entourage puis par la tête du Parti qui voit aussitôt le bénéfice que l'on peut tirer de cet événement. Tous les médias soviétiques célèbrent l'exploit, Stakhanov est élevé au faite de la morale prolétarienne et montré en exemple dans toutes les usines.

    Quinze fois la norme, c'est énorme, c'est même impossible, mais on est prêt à croire au miracle dans cette Russie qui attendait l'événement symbole de la réussite d'une politique mais qui a du mal à transformer ses paysans en ouvrier d'usines. Soyons tous des Stakhanov. Malheureusement, comme il fallait s'y attendre, Stakhanov a triché en rapportant son exploit et c'est la Komsomolskaya Pravda, elle-même, qui le dit en publiant, en 1988, les mémoires de l'organisateur du fameux record, un certain Constantin Petrov. Le mineur héros s'était fait aider par au moins deux de ses camarades, sinon par toute son équipe. Cela ramène l'exploit à de justes proportions. Qu'importe, la propagande a fonctionné pendant suffisamment longtemps et des milliers d'ouvriers se sont essoufflé à essayer de lui ressembler, pour le bien de la glorieuse URSS.

    A Pékin en Août 2008, les formidables exploits des jeunes sportifs chinois sont sans doute le dernier exemple vivant de la théorie du Stakhanovisme au service de l'Etat. Des gamines et de très jeunes enfants ont été entraînés durement, pendant de longues heures, dans des usines à champions qui ont été ouvertes dès l'annonce de l'attribution des Jeux Olympiques à la Chine en 2001. Le but était, là aussi, politique : prouver indirectement le bien fondé du régime communiste.

    Aujourd'hui, on ne croit plus guère à ces doctrines économiques éprouvées. Fini les Marx, les Taylor, les Keynes, les Attali. Mais on cherche toujours la solution au bonheur des peuples. Le slogan « Remettre la France au travail » et l'antienne « Travailler plus pour gagner plus » sonnent curieusement, comme un retour au Stakhanovisme d'Etat, à nos oreilles accoutumées au libre choix de chacun.

    <o:p> </o:p>

    2 commentaires
  • <?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p> </o:p>

    La paix de Saint-Germain, en 1570, met fin à 3 années de terribles guerres civiles entre catholiques et protestants français. Mais cette paix est précaire car mal acceptée des deux côtés. Pour apaiser les rancoeurs, la Reine-mère Catherine de Médicis laisse revenir les protestants à la Cour du jeune roi Charles IX et, notamment, Gaspard de Coligny, le chef des protestants, qui intègre le Conseil royal.

    Pour faire bonne mesure et concrétiser la paix entre les deux communautés religieuses, Catherine pousse plus loin l'initiative jusqu'à proposer le mariage de sa fille catholique Marguerite de Valois, dite Margot, avec le prince bourbon protestant Henri de Navarre, le futur Henri IV, même si le mariage, prévu le 18 Août 1572, n'est pas du goût du Pape ni de celui du roi d'Espagne Philippe II.

    L'amiral de Coligny, chef des Huguenots (terme péjoratif désignant les Protestants), ayant pris un ascendant certain sur le roi Charles IX, tentait de convaincre celui-ci de reprendre la guerre contre les Pays-Bas espagnols, alors que Catherine avait eu tant de mal à instaurer une période de paix. Coligny échappa de peu à un tir d'arquebuse. Catherine de Médicis a-t-elle commandité l'attentat ? Est-elle aussi à l'origine de la décision de profiter du rassemblement des principaux gentilshommes huguenots, montés à Paris pour les noces et très en colère contre cette agression ratée, pour les faire tuer ? On n'en est pas sur, même s'il est établi qu'elle craignait les représailles des chefs protestants. Le Duc de Guise, catholique revanchard, est nommé également dans les probables suspects.

    C'est cet événement, la décision d'éliminer les chefs protestants trop influents sur la Cour, qui va entraîner l'hystérie collective de la « Saint Barthélemy », commencée dans la nuit du 24 au 25 Août 1572. Le peuple parisien, en effet, est très remonté contre le mariage arrangé, d'autant que le luxe déployé pour l'organiser contraste avec les difficultés liées aux mauvaises récoltes et aux hausses des prix. La sonnerie des matines donne le signal du massacre des nobles protestants, dont l'amiral de Coligny qui sera défenestré. Les corps sont traînés dans les rues et rassemblés dans la cour du Louvre.

    Au petit matin, le peuple découvre le massacre et se met, lui aussi, à pourchasser les protestants dans toute la ville pour les achever sauvagement avant de jeter les cadavres dans la Seine. La folie meurtrière durera plusieurs jours, malgré les tentatives du roi pour la faire cesser. Pire encore, la nouvelle s'étant répandue hors des murs de la ville, ce sont d'autres villes de province qui déclenchèrent leurs propres massacres. Le 25 Août, la tuerie atteint Orléans et Meaux, le 28 Angers et Saumur, le 31 Lyon, le 11 Septembre Bourges puis en Octobre Bordeaux, Troyes, Rouen et Toulouse. Albi, Gaillac, Valence et Orange seront aussi touchées. Parfois, les autorités locales, au lieu de calmer les esprits, encouragent la chasse. Plusieurs milliers de victimes dans toute la France feront les frais de ce carnage spontané.

    Comme on pouvait s'y attendre, le massacre de la Saint-Barthélemy déclencha la 4ème Guerre de religion. Il faudra attendre Avril 1598 et la signature de l'Edit de Nantes par Henri IV, lui-même protestant s'étant converti pour accéder au trône, pour voir enfin la paix s'installer entre les deux communautés religieuses. Malgré la liberté de culte qui leur était offerte, de très nombreux protestants, entre temps, avaient fui le royaume, notamment vers l'Est.

    Quand on voit qu'une grande démocratie comme la France a du en passer par ces élans expiatoires de barbarie, au nom de la religion, avant de trouver la paix sociale, on comprend la lenteur des progrès qui sont faits dans certains pays en proie aujourd'hui aux mêmes affrontements fratricides.

    <o:p> </o:p>

    6 commentaires
  • <?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p> </o:p>

    Le temps d'aller en fumer un.

    <o:p> </o:p>

    Chers amis, je dois faire une courte pause dans l'émission de mes bulletins journaliers.

    Je serai muet pendant deux ou trois jours.

    Alors, patience et merci pour votre fidélité.

    <o:p> </o:p>

    En attendant, revisitez mes articles anciens.

    <o:p>Merci à vous !</o:p>

    votre commentaire
  • <?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p> </o:p>Puisqu'on l'utilise tous les jours, nous croyons que le calendrier est immuable et a toujours fait commencer l'année le 1er Janvier. Or, jadis, il y a donc des lustres ( en rappelant qu'un lustre vaut seulement 5 ans ), l'année ne commençait pas à la même date selon les régions de France et encore moins selon les religions du monde.
    C'est le jeune roi Charles IX, après un grand tour du royaume où sa mère, la Régente Catherine de Médicis, l'avait emmené pour le faire connaître de ses sujets, qui décida d'harmoniser cette date qui était très variable à l'époque. Selon les diocèses qu'il traversait ( c'est l'Eglise qui décidait des dates ), Charles constatait que l'année débutait tantôt à Noël, comme à Lyon, tantôt le 1er ou le 25 Mars, comme à Vienne, ou encore à Pâques. Très souvent aussi, c'était le 1er Avril. Du haut de ses 14 ans mais fort de son tout nouveau titre de roi, il fit ajouter, le 09 Août 1564, à l'édit de Paris qu'avaient écrit ses ministres, 4 articles, qui prirent le nom d'édit de Roussillon, et par lesquels il ordonnait que, dorénavant, l'année commençât le 1er jour de Janvier partout dans le royaume. Un édit ( loi publiée sur l'ordre du roi et ayant son origine dans le droit romain ) prenait souvent le nom du lieu où il avait été signé ( rappelons nous le fameux édit de Nantes ).
    Le clergé, principalement catholique en France, se moquait du calendrier officiel et plaçait les événements de l'année liturgique par rapport à la fête de Pâques, laquelle est toujours « calculée » en fonction du « comput » et des lunaisons donc mobile dans l'année. Depuis le Concile de Nicée, en 325, Pâques est le premier dimanche qui suit ou qui coïncide avec la première lune après le 21 Mars ( équinoxe de printemps ). Par construction, c'est donc, au plus tôt, le 22 Mars et au plus tard, le 25 Avril, quand la dernière pleine lune est tardive. A partir de la détermination de la date de Pâques, les autres fêtes catholiques mobiles, qui se positionnent X dimanches avant ou après Pâques, peuvent donc être positionnées. Noël n'est pas mobile car fixé arbitrairement le 25 Décembre pour figer la date incertaine de la naissance de Jésus.

    De même, notre calendrier civil actuel, n'a pas toujours été le même. Une année, c'est-à-dire le temps qu'il faut à la terre pour revenir à son point de départ, après une révolution complète autour du soleil, vaut 365,242119 jours. Pas facile à découper. Les différents calendriers successifs, ont donc arrondi ce chiffre mais, ce faisant, ont introduit des erreurs qu'il a bien fallu corriger de temps en temps. C'est le but, entre autres, des années bissextiles.

    Le calendrier Julien ( du temps du grand Jules César ) comptait une année bissextile tous les 4 ans, sans distinguer les fins de siècles ( années divisibles par 100 ). Son année moyenne était donc de 365,25 jours. On se rapproche du bon chiffre mais en 15 siècles, cela fait une dizaine de jours de retard.
    L'instauration du calendrier Grégorien ( du nom du Pape Grégoire III ) a permis de rattraper le retard en supprimant ces 10 jours et, d'autre part, de ralentir le rythme en supprimant 3 années bissextiles tous les 400 ans. On est cette fois à 365,2425, ce qui est mieux bien qu'un peu trop long mais n'engendre qu'une erreur de 3 jours en ... 10.000 ans. On ne va pas chipotter. C'est ce calendrier grégorien qui a progressivement été adopté par l'ensemble des nations. La Suède et la Grande Bretagne seront les dernières en Europe. La plupart des pays musulmans l'associent à leur propre calendrier.
    Charles IX serait donc à l'origine de nos blagues du 1er Avril. Certains de ses sujets se rebiffèrent à l'idée de changer de date de début d'année et continuèrent à fêter le 1er Avril, en remettant des faux cadeaux et à jouer des tours pendables.
    On lui prête aussi l'anecdote qui serait à l'origine du bouquet de muguet au 1er Mai. Un seigneur, envoyé en mission par Catherine de Médicis, revint avec un bouquet de fleurs qu'il offrit au jeune roi comme porte-bonheur. Celui-ci, en souvenir de ce geste, aurait offert tous les ans, un brin de muguet aux dames de la cour. Organisé mais aussi galant ce Charles.
    <o:p> </o:p>

    votre commentaire
  • <?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p> </o:p>

    Fondé la veille de Noël de 1865 par 6 jeunes officiers sudistes du Tennessee, déconfis d'avoir perdu la guerre de Sécession contre les Nordistes, le Ku Klux Klan doit son nom au mot grec Kuklos, cercle, que James R. Crowe, l'un des fondateurs, eut l'idée d'utiliser pour désigner leur groupe, leur « clan » plus exactement car ils étaient d'origine écossaise. Grâce à John C. Lester, Clan devint Klan pour une évidence de similitude avec les premiers sigles. C'était l'époque où le Président Abraham Lincoln venait d'être assassiné et l'abolition de l'esclavage mal acceptée par les Etats du Sud.

    Le K.K.K. s'affiche donc, dès le départ, comme une organisation conservatrice, xénophobe, isolationniste et d'extrême droite. Il s'agit de prôner la « suprématie de la race blanche » sur toutes les autres et, accessoirement, de lutter contre les empiétements des autorités fédérales sur les droits légitimes des Etats du Sud. Un cavalier baroudeur de l'armée des confédérés, Nathan Bedford Forrest, est choisi, à Nashville, comme premier chef en 1867. Ce sera le « Grand sorcier » de cette « institution chevaleresque, humanitaire, miséricordieuse et patriotique » (sic) qui s'organise selon un organigramme militaire avec un état-major de « Dix Génies » et des uniformes.

    Le « melting pot » des populations en Amérique du Nord est tel que les cibles du Klan sont innombrables et que les adeptes ne savent plus où donner de la tête. En dehors des Noirs qui sont les premiers visés, toutes les autres « races » et tendances non traditionnelles, sont combattues, depuis les Hispaniques, Asiatiques, Latins, Slaves, jusqu'aux Juifs, Catholiques papistes, Musulmans et bien sûr homosexuels.

    Les premières chevauchées ont pour but de terroriser les Noirs, avec des grandes robes et une cagoule pointue, les chevaux étant eux-mêmes déguisés. Le Klan fait régner la terreur par les raids nocturnes de ses cavaliers blancs. En Arkansas, au deuxième semestre de 1868, on compte quelque 200 meurtres de noirs. La loi martiale est décrétée. Anticipant une réaction officielle des autorités de Washington, Forrest dissout officiellement le Klan en 1869.

    Ce n'est qu'en 1915, après l'adaptation au cinéma du livre « The Clansman », que le K.K.K. renaîtra au sommet de Stone Mountain, en Georgie. Le nouveau Klan cherche à rassembler tous les américains « authentiques » qui n'acceptent pas les tendances permissives de la société, tous ces mots en « isme », socialisme, syndicalisme, féminisme, etc, qu'on attribue aux étrangers. C'est toujours une organisation de lobbying des intérêts traditionalistes et xénophobes des WASP, White Anglo-Saxon Protestant, citoyens blancs protestants, mais elle gagne en soutien au niveau fédéral et peut s'installer fièrement à Washington.

    Dans les années 1920, les membres du second K.K.K. sont estimés à 5 millions et celui-ci est devenu une force politique influente. Le 08 Août 1925, il tient son premier Congrès national public à Washington. Discrètement patronné par le Président Wilson et ses successeurs, on ne veut voir dans ce mouvement, en haut lieu, qu'une démarche patriotique. Pourtant, les lynchages, marquages au fer rouge et exécutions sommaires continuent de s'appliquer sur les noirs, les immigrants, les catholiques, les juifs et ceux qui les aident. Alors, les responsables politiques, enfin, les lâchent. Le FBI est autorisé à intervenir. Le mouvement s'essouffle.

    En 1944, un arriéré d'impôts depuis 1920, la meilleure des attaques, aura raison de l'existence du Ku Klux Klan. Les tentatives pour le ressusciter, après la WW2, échoueront. Aujourd'hui, de nombreuses organisations d'extrême droite, xénophobes et se réclamant plus ou moins du K.K.K, subsistent en ordre dispersé. Les WASP toujours, Aryan Nations, The Order, Neo Nazis, ou d'autres groupes d'autodéfense, se moquant des lois, sont encore actifs. Heureusement, sans être devenus une légende ou avoir imprimé une tradition, ces mouvements se cantonnent plus aujourd'hui dans le gestuel et la démonstration culturelle que dans l'action véritable.

    Au moment où les mouvements d'apartheid sont balayés un peu partout dans le monde, il est dommage de constater que des organisations basées sur la ségrégation raciale ont toujours pignon sur rue dans ce grand pays de la Liberté et de la démocratie que sont les Etats-Unis.

    <o:p> </o:p>

    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique