• Dumont d'Urville

    Bien sûr, le 08 Mai est, en France notamment, la date anniversaire de l’armistice du second conflit mondial. Mais c’est aussi celle d’un évènement dramatique qui va briser net la vie aventureuse du grand explorateur français Jules Dumont d’Urville, officier de marine.

    Imprégné de la lecture des voyages de Bougainville et de Cook, l’adolescent Dumont d’Urville est ambitieux, curieux de tout, étudie l’astronomie, la géologie, la botanique et se présente à l’école navale de Brest d’où il sortira enseigne de vaisseau (lieutenant) à 22 ans. Pour sa première grande mission en mer à bord de la Chevrette, en 1819, il participe au relevé hydrographique des côtes de la mer Egée et de la mer Noire. Au cours d’une escale sur l’île de Milos, en 1820, il alerte l’ambassadeur de France auprès de l’Empire ottoman dont dépend l’île, afin que celui-ci rachète une statue de toute beauté, découverte par un paysan, et en partance vers Constantinople. C’est la célèbre Vénus de Milo qui sera offerte par l’ambassadeur à Louis XVIII.

    En 1822, le Lieutenant de vaisseau (capitaine) Dumont d’Urville part comme second sur la Coquille pour son premier voyage autour du monde dont l’un des objectifs scientifiques est de rapporter au Muséum d’histoire naturelle le maximum d’espèces végétales et animales nouvelles. C’est lui qui rédigera les mémoires scientifiques de ces observations.

    Dès son retour, en 1826, nommé Capitaine de Frégate (lieutenant-colonel), il reçoit la mission d’explorer plusieurs archipels du Pacifique et de retrouver les traces de la Boussole et de l’Astrolabe, les frégates de La Pérouse. En effet, envoyé par Louis XVI sur les traces de James Cook, pour compléter ses découvertes, le Comte de La Pérouse disparaissait en 1788 dans le Pacifique, sur une île des Santa Cruz, au Nord-est de l’Australie. Dumont d’Urville, qui rebaptise la Coquille du nom d’Astrolabe pour l’occasion, confirmera au bout de 800 jours de navigation le lieu où La Pérouse fut tué par les Hawaïens sur l’île de Vanikoro.

    Se reposant enfin de ses deux tours du monde, en sept ans de navigation, l’officier de marine écrit plusieurs mémoires mais se laissera de nouveau tenté par une troisième proposition de navigation ( qu’il briguait depuis longtemps ), en 1837, en direction du pôle Sud inconnu. Pour cette expédition, le capitaine de vaisseau (colonel) est à la tête de deux navires, l’Astrolabe et La Zélée. Atteignant Hobart en Tasmanie, début 1840, il poursuit vers l’Antarctique au milieu des icebergs et découvre une grande étendue terrestre qu’il nomme « Terre Adélie », du nom de sa femme Adèle.

    Enfin, à 50 ans, le contre-amiral (général de brigade) Dumont d’Urville peut souffler et goûter sa nouvelle notoriété. Ayant entendu que de grandes fêtes allaient se dérouler à Versailles, il s’y rend avec sa femme et le plus jeune de ses deux fils. La foule est immense et les autorités augmentent le nombre des wagons du train qui doit ramener les badauds vers Paris, depuis la gare de Versailles-rive-gauche. Mais la locomotive est si peu puissante qu’on lui en ajoute une deuxième, derrière elle pour tirer ce lourd convoi. Arrivé au niveau de la tranchée de Bellevue à Meudon, cette deuxième motrice pousse la première hors des rails, entraînant tout le train derrière elle. Les wagons s’entremêlent, se couchent ou se dressent à la verticale puis tout le train prend feu, constituant ainsi la première catastrophe ferroviaire en France. Le malheur a voulu que, par mesure de sécurité, les portes de l’ensemble des wagons aient été fermées de l’extérieur, maintenant prisonniers les occupants des wagons non disloqués. Le grand marin et explorateur Jules Dumont d’Urville et sa famille feront partie des 55 victimes de cet accident majeur en 1842.

    Quel paradoxe pour un grand navigateur, ayant fait trois tours du monde en bateau, qui a donné son nom à une base de l’Antarctique, de périr coincé dans un train en flammes aux portes de Paris.


    Tags Tags : , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :