• Disparition mystérieuse de Leclerc.

     

    Lorsqu’en  Mars  1941,  le  jeune  colonel-auto-proclamé  Leclerc  fait  serment,  avec  ses  hommes  qui  ont  libéré  l’oasis  de  Koufra  en  Lybie,  de  ne  déposer  les  armes  que  lorsque  les  belles  couleurs  du  drapeau  français  flotteront  à  nouveau  sur  un  Strasbourg  occupé  par  les  Allemands,  nul  n’aurait  osé  imaginer  que  le  général  Philippe  de  Hauteclocque,  son  vrai  nom,  libérerait  Paris,  peu  après,  avec  sa  2ème  DB,  en  Août  1944  puis  Strasbourg  en  Novembre  avant  de  pousser  jusqu’au  nid  d’aigle  de  Hitler  à  Berchtesgaden.

    C’est  cet  homme,  fidèle  de  la  première  heure  au  général  de  Gaulle,  qui  disparaît  subitement  et  mystérieusement  dans  les  sables  du  Sud  Algérien,  le  28  Novembre  1947,  avec  12  autres  passagers  du  bimoteur  B-25  qui  les  emmenait  à  Colomb-Béchar  pour  une  inspection.

    La  nouvelle  de  sa  mort  jette  un  froid  sur  une  France  déjà  morose  en  ces  temps  de  début  de  guerre  froide. 

    Le  Lieutenant  François  Delluc,  pilote  du  bombardier  B-25,  professionnel  expérimenté  qui  avait  effectué  plusieurs  missions  de  bombardement  nocturne  au  dessus  de  l’Allemagne  nazie,  ne  peut  pas  être  suspecté  d’avoir  outrepassé  les  limites  de  l’avion  ou  d’avoir  mésestimé  le  danger  météo.  Il  est  vrai  que  le  temps  était  exécrable  au  départ  d’Oran  mais  l’avion  avait  la  capacité  de  revenir  à  son  point  de  départ  sans  risque.  Mieux,  il  préfère  percer  la  couche  bien  avant  d’être  à  la  verticale  de  Béchard,  en  profitant  d’une  trouée,  puis  terminer  le  vol  à  vue,  sous  les  nuages,  en  suivant  par  sécurité  la  voie  ferrée  qui  mène  à  l’aéroport.  «  Tout  va  bien  à  bord,  nous  sommes  à  10  minutes  du  terrain »  lance-t-il  à  la  radio.
    Mais  c’est  cette  descente  inhabituelle  qui  va  indirectement  être  la  cause  du  drame  car  les  passagers  se  sont  regroupés  à  l’arrière,      se  situait  un  hublot  ventral  d’observation.  Ce  déport  de  masse,  combiné  à  la  faible  vitesse  entraîne  un  décrochage  et  une  vrille  à  plat.  L’avion  s’écrase  et  se  disloque  sur  la  voie  ferrée  à  60  km  du  lieu  de  destination. 

    Sans  savoir  combien  de  passagers  se  trouvaient  à  bord,  les  militaires  envoyés  sur  place  dénombrent  13  cadavres  déchiquetés  alors  que  dans  le  même  temps,  Alger  dépêche  12  cercueils  plombés.  Douze  et  pas  treize  car  l’avion  comptait,  outre  le  général  Leclerc,  5  membres  d’équipage  et  6  officiers  accompagnateurs.

    Alors,  qui  est  ce  treizième  homme  qui  sera  déposé  dans  un  cercueil  tout  simple,  sans  plaque,  et  emporté  hors  de  la  vue  des  officiels ?  Le  mystère  subsiste,  entraînant  les  rumeurs  de  complot  ou  d’attentat.  Aucun  service  secret,  aucune  famille  n’a  depuis  réclamé  le  corps  de  cet  inconnu.

    Le  général  Leclerc,  héros  de  la  France  libre,  le  représentant  de  la  France  lors  de  la  reddition  du  Japon  en  1945,  sera  élevé  à  la  dignité  de  maréchal  de  France,  à  titre  posthume  en  1952,  en  même  temps  que  Jean  de  Lattre  de  Tassigny  puis  inhumé  dans  la  crypte  des  Invalides,  aux  côtés  d’autres  grands  noms  de  l’histoire  militaire  française.

    Sa  mort  brutale  avec  ce  mystérieux  treizième  homme  conforte  la  légende  qui  se  crée  à  son  endroit.  Une  ascension  vertigineuse  et  une  chute  soudaine  comme  une  comète,  voilà  Leclerc !

     


    Tags Tags : , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    saliou
    Samedi 11 Décembre 2010 à 17:22
    Mers el Kébir
    Bonjour, je pose le commentaire là car il n'y a pas moyen de faire autrement; Pourriez-vous par respect pour l'histoire de ces marins corriger les énormités de votre présentation: photo du Graf Spee, compte des unités engagées....Les blogs c'est bien mais il faut tout un peu de rigueur!!
    2
    Samedi 11 Décembre 2010 à 20:02
    Graf Spee
    Votre commentaire s'adresse à mon article du 03 Juillet 2008 sur la flotte française coulée par Churchill. Vous avez raison pour la photo du Graf Spee que j'ai sélectionnée car elle est la plus représentative émotionnellement d'un tel évènement. Je ne voulais pas choquer mais illustrer. Quant aux chiffres, toujours criticables, j'attends les vôtres. Je ne suis pas historien mais suis prêt à corriger.
    3
    Bernard Moreaux
    Jeudi 23 Décembre 2010 à 08:22
    blog EMP les Andelys
    Salut Yves, J'ajoute le lien vers ton blog sur le site de l'Ecole ? Qu'en penses tu ? Voir ci-dessous : http://emp-les-andelys.blogspot.com/ A + B Moreaux
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :