• Champollion et la pierre de Rosette.

    <?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p> </o:p>

    En ce 19 Juillet 1799, au beau milieu de l'expédition que Bonaparte mène en Egypte, l'officier français Pierre Bouchard exhume, au pied du fort Rashîd ( Rosette pour les Croisés), à l'embouchure du Nil, une stèle de basalte noir avec des inscriptions. Apparemment, trois écritures différentes ont été utilisées sur cette pierre, peut-être le même texte traduit pour des contemporains n'ayant pas la même langue. Sans le savoir, Bouchard vient de mettre la main sur un décret de Ptolémée V ( 196 av JC ) retranscrit en hiéroglyphique ( écriture sacrée des Pharaons ), en démotique ( ou hiératique ) et en grec, trois langues dérivées l'une de l'autre. C'est la fameuse « Pierre de Rosette » qui permettra à l'archéologue français Champollion de déchiffrer les hiéroglyphes égyptiens, ces représentations figuratives dont on a longtemps cru qu'elles n'étaient que des idéogrammes désignant l'image sculptée, alors que la langue est beaucoup plus complexe et transcrit aussi des sons et des idées. Hiéroglyphe vient de mots grecs signifiant « graver » et « sacré » et désignait les inscriptions des monuments pharaoniques que les Grecs ne savaient, pas plus que d'autres, déchiffrer.

    Jean-François Champollion, né en 1790 à Figeac dans le Lot, est très tôt un élève doué pour les langues étrangères qu'il collectionne à l'envie : hébreu, arabe, araméen, persan et syriaque. A 16 ans, il est pris en charge par son grand frère Joseph qui décide de financer les études de cet enfant prodigieux, à Grenoble puis Paris.

    Le retour de l'expédition égyptienne de Bonaparte lui fournira matière à aiguiser sa curiosité linguistique. En effet, les hiéroglyphes, apparus vers 3150 avant JC, disparaissent au IV° siècle après JC et avec eux leur signification. Pour percer le mystère de ces signes étranges, après 14 siècles, Champollion comprend qu'il lui faudra posséder la langue copte qui panache le grec avec des caractères démotiques, dernier stade de la simplification successive de l'écriture égyptienne. Patiemment, il s'en imprègne méthodiquement, dans son bureau de Paris. «  Je parle copte tout seul. C'est le vrai moyen de me mettre mon égyptien dans la tête  ». Il a entendu parler de la pierre de Rosette mais celle-ci a été confisquée par les Anglais avec les autres monuments rapportés de la campagne du Caire.

    D'ailleurs, c'est un Anglais, Thomas Young, médecin-physicien, qui prétend, en 1814, avoir percé le secret des cartouches de hiéroglyphes et avoir identifié les noms de plusieurs pharaons, en comparant les trois textes de la pierre de Rosette. Heureusement pour lui, Champollion qui avait du quitter les bibliothèques parisiennes pour Figeac après la chute de l'Empire, apprend que des copies de la pierre de basalte avaient été dessinées à l'intention de savants européens. Il les étudie en parallèle avec d'autres textes du livre des morts.

    Son poste de professeur d'histoire lui permet de poursuivre ses études sur les hiéroglyphes qu'il compare aux textes en hiératique, ancienne écriture abréviative et cursive. Il découvre l'importance de l'alphabet phonétique qui lie les mots dans la phrase ou définit les sons. En 1821, il déchiffre les premiers cartouches royaux dont celui de Ptolémée V puis celui de Cléopâtre sur la base de l'obélisque de Philae et sur un papyrus bilingue. Et, en Septembre 1822, reconnaissant grâce à sa méthode, les noms de Ramsès et de Thoutmosis sur un nouveau dessin rapporté du temple d'Abou Simbel par un archéologue, il est convaincu, après 15 années d'acharnement, d'en avoir trouvé les clefs et il écrit une lettre au secrétaire perpétuel de l'Académie des inscriptions et belles-lettres, M. Dacier, dans laquelle il fait part de sa découverte d'un système de déchiffrement des hiéroglyphes. «  C'est un système complexe » dira-t-il «  une écriture tout à la fois figurative, symbolique et phonétique, dans un même texte, une même phrase, je dirais presque dans un même mot  ». Sa communication est un succès qui ouvre les portes de l'égyptologie. En 1826, il est nommé conservateur du musée égyptien du Louvre.

    En 1828, après la visite des collections égyptiennes de Turin, Jean-François Champollion réalise enfin son rêve et part pour deux ans en Egypte où il est le premier à pouvoir lire l'égyptien ancien dans le texte. Il rapporte de ce voyage moult données complémentaires et quelques objets. C'est, bien sûr, la chaire d'Antiquité égyptienne au Collège de France qui l'attend à Paris au retour mais, épuisé par ses travaux, il meurt le 04 Mars 1832, à l'âge de 42 ans, sans avoir eu le temps d'achever sa Grammaire égyptienne et son Dictionnaire égyptien. On peut encore lui rendre visite au cimetière du Père Lachaise à Paris.

    Quant à la pierre de Rosette, exposée au British Museum, que l'amiral Nelson avait dérobée aux Français, on peut rêver qu'elle retraverse la Manche un jour, peut-être en même temps que le cercueil de Napoléon III ? Oui, vraiment je rêve !

    <o:p> </o:p>

    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Samedi 19 Juillet 2008 à 02:50
    Traversée
    ..jusqu'en Egypte, ce serait encore mieux
    2
    Samedi 19 Juillet 2008 à 10:49
    Retour aux sources
    Bien vu Flâneur et bonne remarque qui nous remet nos actions en perspective. A qui appartient le mieux, en effet, cette pierre sinon au peuple égyptien lui-même ?
    3
    Gilles
    Dimanche 20 Juillet 2008 à 05:14
    Echanges
    S'il fallait rendre a leur pays d'origine les oeuvres d'art qui y ont ete "derobees", ca ferait le bonheur des logisticiens et des transporteurs, mais le malheur de beaucoup de grands musees. Sans compter le cauchemard de savoir a qui donner les oeuvres provenant de (nombreux) pays qui n'existent plus..... Sachons donc raison garder et n'hesitons pas a traverser le Channel pour aller voir la pierre de Rosette (qui est en realite beaucoup plus petite que ce qui apparait sur la photo), ou a aller a St Petersbourg admirer la plus grande collection d'impressionnistes au monde!
    4
    Dimanche 20 Juillet 2008 à 10:22
    Obélisque
    Tu as raison, Gilles, il serait déraisonnable de rendre toutes les oeuvres d'art. Champollion a d'ailleurs fait venir l'obélisque de la place de la Concorde à Paris. Je vois mal une opération en sens inverse aujourd'hui.
    5
    Dimanche 20 Juillet 2008 à 10:34
    Taille
    Concernant la taille de la Pierre, Gilles, c'est vrai qu'elle semble énorme sur la photo à cause de la perspective et de la femme qui passe à quelques mètres et que l'on croit tout à côté de la pierre. En fait, celle-ci mesure environ un mètre de haut seulement.
    6
    Lundi 22 Septembre 2008 à 21:07
    cdfdc
    cedszjxc ldj jud jzhz xjsuz sjwlqosjskxnnbcgde beudskqo eh voila
    7
    Lundi 22 Septembre 2008 à 21:09
    felicitaion
    bon blog est au fait la dame est derrire la pierre et la pierre est en hauteur don elle parait grande par rapport a la femme
    8
    calvom
    Lundi 3 Novembre 2008 à 11:49
    champollion
    etait t il seul a chercher la pierre de rosette ?
    9
    Jeudi 6 Novembre 2008 à 20:53
    Trouvée pas cherchée
    Champollion n'a pas "cherché" la pierre de rosette car celle-ci a été "trouvée" par hasard pendant la campagne d'Egypte de Bonaparte. Champollion a été celui qui a pu relier et comparer entre elles les trois langues qu'elle contient et ainsi traduire complétement les hiéroglyphes.
    10
    ta qu'a trouvé
    Lundi 2 Novembre 2009 à 18:08
    Rien
    je ne comprend rien et rien est vrai
    11
    Favereau-Laura
    Lundi 4 Janvier 2010 à 16:06
    Champollion
    Je trouve que ton sujet est vraimant génial graçe à toi j'ai pus compléter mes recherches
    12
    Margot la 6°3
    Lundi 24 Octobre 2011 à 10:57
    MERCI
    Merci d'avoir écrit ce sujet vos m'avez beaucoup aidez pour mon exposé!!
    13
    cd
    Mercredi 23 Novembre 2011 à 17:18
    Pourquoi
    Pourquoi la pierre n'a pas été au Égyptiens? Sinon très bien expliquée Merci pour mon exposé
    14
    Faukau
    Mercredi 7 Décembre 2011 à 15:39
    pierre
    Pourquoi al pierre de rosette si importante pour Champollion ?
    15
    Holly
    Jeudi 6 Décembre 2012 à 20:17
    je ne fais que passer...
    Oui, vraiment moi aussi je rêve ! Et a quand restituerez-vous ce que vous avez volé, oui mais à l’Egypte !!?? Vous étudiez un pays, une civilisation, l’histoire de l’humanité, et non le dépouiller de son patrimoine.
    16
    champollion
    Jeudi 21 Mars 2013 à 18:52
    rectification erreur
    Bonjour Article simple et intéressant sauf sur un point. Les 3 textes écrits sur la pierre de Rosette représentent deux langues ( l'égyptien et le grec ) et trois écritures( hieroglyphe démotique et grec). La même langue orale égyptienne est transcrite en deux écritures créées par les scribes (hiéroglyphes et démotique) la seconde langue est simplement du grec ancien traduisant la langue égyptienne. Il ne faut pas confondre langue et écriture ! Il ya donc bien deux langues et trois écritures. C'est justement grâce à la traduction grecque que Champollion et Young ont pu isoler quelques signes dans les noms des rois et reine. Cordialement D Champollion
    17
    Dimanche 31 Mars 2013 à 01:25
    Langues
    Merci Denis pour ces précisions d'un familier de ce sujet, ce que je ne suis pas. Je disais que les langues dérivaient l'une de l'autre. Votre commentaire éclaire cette découverte et la rend plus compréhensible.
    18
    Louma zanguel
    Vendredi 12 Juillet 2013 à 13:56
    Pourquoi la restituer?
    Elle est bien là ou elle est,cette pierre.Pourquoi la restituer à la France ou à l'egypte? Elle y est resté 2000 ans sous terre sans qu'ils daignent la deterrer. Puis qu'est ce qu'ils en feraient ?Pour s'asseoir ou monter dessus eut-etre dans la place Tahrir ou Adawiya? Au fait ou sont passés les fragments eclatés de la pierre? Ne les a t on pas cherchés?
    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :