• Attentat manqué contre Hitler.

    <?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p> </o:p>

    Contrairement à ce qui est souvent expliqué pour condamner la passivité des Allemands face aux atrocités commises par Hitler pendant la seconde guerre mondiale, les opposants allemands au régime nazi ont été nombreux et d'autant plus courageux que le régime tenait fermement les commandes de l'Etat. Pas moins de 30 attentats ont été préparés dès 1936 pour mettre fin aux visées extravagantes du Führer. A chaque fois, il en a réchappé grâce à la chance et au fait que ses déplacements étaient annoncés au dernier moment.

    Le dernier complot fomenté par l'équipe de la « Schwarze Kapelle », en 1944, complot appelé « Opération Walkyrie », prévoit la mort de Hitler et de ses proches collaborateurs dans un attentat à l'explosif, suivi d'un coup d'état pour prendre le pouvoir politique et militaire du Reich ( les ramifications dans toute l'Allemagne couvrent déjà tous les niveaux ) et faire la paix avec les pays occidentaux pour pouvoir appliquer l'effort de guerre contre la Russie.

    Parmi les conjurés, figurent plusieurs hauts gradés comme les généraux Beck, Goerdeler, le maréchal Erwin Rommel, le « Renard du désert » qui a vite compris que la guerre était perdue et surtout le comte Claus von Stauffenberg, 36 ans, récemment affecté comme colonel à l'état-major de l'armée de réserve et, à ce titre, accepté à la table de décisions. De fervent partisan d'Hitler, cet aristocrate n'a pas supporté la brutalité des SS sur le front Est, pendant l'hiver 1941/42 et il est devenu le plus déterminé des opposants.

    Ayant rassemblé ses généraux ( manquent Goering et Himmler ) au Grand Quartier Général de Rastenburg, en Prusse orientale, le 20 Juillet 1944, Hitler veut se faire expliquer la situation sur le front russe devant une grande carte murale. Stauffenberg a repéré la place où il doit siéger autour de la table de chêne qui équipe la « Wolfsschanze », la tanière du loup. Mais Hitler avance la réunion d'une demi-heure car il doit recevoir le Duce Mussolini dans l'après-midi. Pris de court, Stauffenberg prétexte un changement de chemise et se rend dans sa chambre avec son aide de camp ( qu'il a obtenu depuis qu'il a perdu un bras en Libye ), afin d'actionner la bombe cachée dans une sacoche. Puis il rejoint la salle de conférence et dépose la sacoche contre un pied de table, non loin de Hitler. Le compte à rebours du détonateur à retardement lui laisse une dizaine de minutes. Il fait mine d'avoir à téléphoner et quitte la pièce où, bientôt, une formidable explosion a lieu. Il lit sur sa montre 12 h 42, observe le bungalow soufflé et quelques corps de soldats éjectés et court prendre son avion pour Berlin.

    Mais béni du sort, une fois encore, Hitler ne fait pas partie des 4 morts et des blessés graves. Il a les cheveux grillés, les tympans percés, le bras paralysé mais c'est tout. Il a été sauvé par le fait qu'un officier a déplacé la sacoche de Stauffenberg qui le gênait et l'a mise derrière le gros pied de bois, côté opposé à Hitler et par le fait que Claus von Stauffenberg, dérangé par un sergent pendant la préparation de la bombe n'a pu actionner qu'un seul des deux détonateurs. Ne sachant pas que le deuxième pain de plastic aurait explosé aussi, malgré cela, il l'a enlevé de la serviette, d'où un effet destructeur amoindri, d'autant que la réunion s'était déplacée, à cause de la chaleur, du bunker initialement prévu ( et où l'effet de souffle aurait été plus fort ) vers un chalet en bois attenant.

    Rejoignant les autres conjurés, Stauffenberg apprend que ceux-ci n'ont pas osé déclencher le soulèvement, ne sachant pas, au vu des appels contradictoires, si Hitler fut bien mort. L'attentat et la conspiration ont échoué. La répression sera terrible, mêlant tortures, humiliations et exécutions en règle, dont des généraux de la Wehrmacht et des ministres. 600 personnes, soit trois fois plus que les rebelles, seront abattues dans les semaines qui suivront et des milliers emprisonnées en vue de leur exécution ultérieure, après une parodie de jugement. Les principaux organisateurs de l'Opération Walkyrie seront « suicidés » sur le champ.

    Rescapé de l'attentat, Hitler mènera l'Allemagne jusqu'au bout de sa folie.

    Au moment où le dernier survivant de cet attentat, le baron von Boeselager, vient de s'éteindre, à 90 ans, on peut se demander ce qu'il serait advenu de l'Europe si l'opération avait réussi. Malheureusement, on ne découvre souvent les intentions des dictateurs qu'après les avoir aidés à s'installer légitimement sur le trône. Je ne vise personne ...

    <o:p> </o:p>

    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    MB
    Dimanche 20 Juillet 2008 à 00:49
    Paix séparée
    Même si l'action des conjurés avaient réussi, il est peu probable que les alliés anglo-saxons auraient concluent une paix séparé avec les Allemands pour ensuite se retourné contre les Russes. Il me semble que de ce point de vue les Allemands prenaient leurs désirs pour des réalités, sans compté que Hitler était encore très populaire même à la fin de guerre. Il n'est donc pas certain que même mort leur entreprise aurait réussie.
    2
    Dimanche 20 Juillet 2008 à 10:29
    Négocier
    Merci, MB, de cette reflexion. Sans doute, les alliés auraient poursuivi leur offensive malgré la mort de Hitler mais longtemps, jusqu'à l'invasion de la Pologne, ils avaient tenté de négocier avec celui qu'ils prenaient pour un démocrate. Les Allemands étaient donc en droit d'espérer que cela continue.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :