• Acide Désoxyribo Nucléique.

    <?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p> </o:p>

    Dans la revue scientifique « Nature », parait un article d'une page, le 25 Avril 1953, sous le titre peu digeste de « A structure for Desoxyribose nucleic acid » et qui ne va pas provoquer d'émoi mais qui révolutionne notre connaissance du vivant. Le jeune biologiste américain Jim Watson et le physicien britannique Francis Crick y décrivent la structure de « l'acide désoxyribonucléique » (ADN) que l'on connaissait déjà, depuis Avery, mais sans l'avoir jamais inventorié.

    Les deux savants ont découvert que la molécule d'ADN a la forme d'une double hélice qui ressemble à une échelle enroulée sur elle-même sur toute sa longueur. Chaque barreau est composé de deux bases qui fournissent le code génétique. La séquence de ces quatre bases, disposées le long de l'ADN, déchiffre toute l'information contenue dans les gènes. Les molécules d'ADN sont ainsi les briques du vivant et elles constituent le point commun entre toutes les cellules de tous les règnes. Les deux savants recevront le prix Nobel de physiologie et de médecine en 1962, avec Maurice Wilkins, associé à leurs travaux.

    Il a fallu plusieurs étapes pour en arriver là : en 1869, le suisse Miescher isole la « nucléine » du noyau puis, 20 ans plus tard, l'allemand Altman sépare les protéines et « l'acide nucléique », lequel s'avérera, grâce à l'allemand Kossel en 1896, riche de 4 « bases azotées » Adénine, Thymine, Cytosine, Guanine (A, C, T, G). En 1928, les américains Levene et Jacobs identifient le « désoxyribose » mais c'est le bactériologiste Thomas Avery qui découvre, en 1944 à New York, que l'ADN est l'agent transformant des chromosomes et donc le support de l'hérédité. En 1949 enfin, les règles d'équivalence de Chargaff, A et T d'une part et C et G d'autre part, pour une même espèce, ont été démontrées. Watson et Crick ont cueilli le fruit mûr en 1953. Ils comprennent que l'ordre des bases, le long de la molécule d'ADN, détermine la signature génétique de l'individu et que la transmission héréditaire des caractéristiques de celui-ci est due au pouvoir de la structure génétique en hélice à se séparer en deux, à la manière d'une fermeture éclair.

    Désormais, en médecine, on ne voit plus la guérison de la même manière. Les recherches sont axées sur l'identification des gènes déficients dans le but, soit de les retirer, soit d'introduire un autre gène qui contredit le message du gène déficient. C'est la thérapie génétique qui permet à l'homme de modifier les patrimoines génétiques. La loi de la sélection naturelle a vécu. En 2001, une nouvelle étape fondamentale a été accomplie avec le séquençage complet du « génome humain ». Restera à décrypter le « protéome humain » qui regroupe toutes les protéines dont nos gènes commandent la fabrication.

    On n'a pas fini de découvrir les applications de cette découverte, en biologie mais aussi dans l'agriculture, la police judiciaire et la pensée. Aujourd'hui, alors que la double hélice est devenue un emblème en art moderne, les biologistes cherchent à comprendre comment naissent les instincts et les pulsions dans le cerveau. La recherche a encore de beaux jours devant elle. Passionnant !

    <o:p> </o:p>

    Tags Tags : , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Lars
    Vendredi 25 Avril 2008 à 16:34
    DNA
    Salut Papayves, très bon article, très bien écrit aussi du point de vue scientifique. Est-ce que tu savais que 98% de l'ADN ne servent pas à la réplication mais seulement 2% font partie de la synthèse des proteines! A bientôt, Lars
    2
    Samedi 26 Avril 2008 à 01:30
    Médecin
    Merci, Lars, pour tes encouragements. Cela me réconforte, venant de la part d'un médecin. Non, je ne connaissais pas ce pourcentage. Bonne lecture.
    3
    Caroline
    Vendredi 9 Mai 2008 à 19:37
    Merci!
    Merci beaucoup cher monsieur, moi qui aie un exposé à rédiger sur la découverte de l'ADN, je suis bien contente d'être tombée sur ce site! C'est très clair! PS : Il s'appelait James Watson, pas Jim ;)
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :